Terminus Belz – Emmanuel Grand

terminusEnez ar Droc’h. L’île des fous, comme disent les locaux. Pour Marko Voronine, clandestin ukrainien traqué par la mafia roumaine, Belz semblait l’endroit idéal pour se faire oublier. Mais dans cette enclave portuaire, les étrangers ne sont pas aimés et Marko se brouille avec un autre marin, Jogand. Quelques jours plus tard, son cadavre mutilé est découvert. Marko sait son temps compté et la fuite impossible.

Un roman qui porte le sticker Selection 2015 Prix du meilleur Polar des lecteurs de Points.

Terminus Belz est un roman bien écrit, c’est le premier roman de Emmanuel Grand. On navigue de pages en pages entre plusieurs personnages principaux, Marko principalement mais aussi Dragos, un membre de ma Mafia Roumaine qui doit retrouver les immigrés qui ont joué un sale tour aux passeurs. De cette alternance, l’auteur imprime une tension qui ne se dément jamais. Jusqu’à la toute fin du livre et l’épilogue.

Marko pense bien en arrivant qu’il a fait une bétise en arrivant sur cette île où tout le monde se connait et où on ne peut pas se cacher bien longtemps. Un étranger, même s’il se fait passer pour un grec attire les ennuis dans cette petite île. Les gens se méfient des étrangers qui viennent leur voler leur travail. Les clans se font. Les marins se préparent à l’affrontement.

Aidé par Joël, un vieil homme rongé par la tristesse, Marko deviendra son matelot sur le bateau de pêche. Aux larges des côtes bretonnes, la mer se déchaine. Marko n’ayant pas le pied marin devra apprendre à surmonter le mal de mer.

Sur la terre ferme, dans cette île où le diable est souvent invoqué par les habitants, n’importe quel évènement anormal est un signe. Un pied retrouvé coupé dans les filets de pêche du bateau de Jugland annoncera une mort violente. Le signe parait évident lorsque Jugland est retrouvé mort sur la plage. Un crime mystérieux portant le signe du diable.

Beaucoup de mystères dans ce roman, un peu de fantastique. On est perturbé, on s’attendait à un polar classique, on se retrouve avec un mélange de genres. Plutôt réussi car le roman devient vite indispensable, on ne peut plus le lâcher. Construit avec des personnages hauts en couleurs et attachants, Terminus Belz est une bonne découverte. Il se lit rapidement et secoue de temps en temps le lecteur.

Une réflexion sur “Terminus Belz – Emmanuel Grand

  1. Pingback: Terminus Belz – Emmanuel Grand | Un Art Quotidien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s