Rosa candida – Audur Ava Olafsdottir

Dans le monde d’Arnljótur, vingt-deux ans, il est question de boutures, de graminées et surtout de sa fierté, les roses à huit pétales, les Rosa candida. Sa passion dans la vie : le jardin et les fleurs. Une nuit, dans une serre, Arnljótur et Anna s’aiment, ils se connaissent à peine, pourtant leurs existences en seront chamboulées à jamais car, en Islande, les filles naissent bien dans les roses…

Inspirez…

Respirez… Ce roman est apaisant. Tendre. Et pas gnian-gnian !

Le vent littéraire venant d’Islande apporte une odeur de rose, d’amour, de sentiments, de liberté. L’écriture de Audur Ava Olafsdottir nous plonge dans la vie d’un jeune homme, Arnljotur, de sa famille, de son père, un vieil homme, de son frère autiste et de sa mère qui voue une grande passion pour les roses qui grandissent dans la serre familiale.

Après le décès de sa mère, Arnljotur va quitter le pays et partir dans un long voyage pour travailler dans une roseraie, la plus belle roseraie de tous les livres sur les fleurs, dans un pays lointain et inconnu. L’auteur ne le précisera jamais. Les mots nous transportent au fil des rencontres, des personnages, des situations… Lobbi (son surnom) apprendra à retrouver son corps après une opération imprévue, il apprendra à se connaître, à ressentir tous ses membres.

Lobbi est papa mais ne connait pas encore trop sa fille, qu’il a eu un soir, une nuit, dans une serre, avec Anna. La petite est née d’un accident de contraception, la mère estime pouvoir s’occuper de sa fille toute seule, sans l’aide du papa, mais un beau jour, cela va changer.

Lobbi va découvrir la paternité sur le tard, après 9 mois. Il va passer par tous les sentiments. Ce qu’il ressent, tous les parents l’ont ressenti et les mots de l’auteur, Audur Ava Olafsdottir nous refont vivre les émotions que l’on a découvert petit à petit, tout le long de notre chemin de père (ou de mère). Lobbi est très touchant dans sa relation avec l’enfant, et avec les autres. Il se pose beaucoup de questions, s’interroge sur ses sentiments naissants pour sa fille et pour Anna.

Le livre est plein de délicatesse, rempli de douceurs et d’émotions. On est ému, profondément par ce personnage, par cette aventure qu’il vit. Surpris à de nombreuses reprises, le livre se dévore. La quatrième de couverture était loin de m’emballer mais on m’a vivement conseillé cette lecture et je ne le regrette pas. Je conseille vivement ce roman, un roman d’amour, sur les fleurs, les sentiments envers l’autre : la mère de son enfant (ou le père de son enfant). Ce livre donne véritablement envie de découvrir rapidement les autres romans de cet islandaise. L’Islande des roses nous change de l’Islande des morts et des cadavres de Indridason…

Publicités

Une réflexion sur “Rosa candida – Audur Ava Olafsdottir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s