La délicatesse – David Foenkinos

Il passait par là, elle l’avait embrassé sans réfléchir.
Maintenant, elle se demande si elle a bien fait.
C’est l’histoire d’une femme qui va être surprise par un homme.
Réellement surprise.

La délicatesse, succès de la littérature française, adapté au cinéma avec des acteurs réputés, un livre offert… cela me donne forcément envie de découvrir l’intérieur, l’histoire de cette femme.

Il y a des livres qu’il vaut mieux ne pas aborder. Certains ne méritent pas le détour. On pourrait même abandonner à la 40ème page, épuisé par ce vide, cette incapacité à emporter le lecteur, ce déchainement de petits détails inutiles, de chapitres sans raison1.

Quelle importance de connaître les résultats d’une soirée de Ligue 1 dans un livre parlant des sentiments ?

Quelle importance de connaître le nom des titres de chanson que John Lennon aurait pu composer s’il n’avait pas été tué en 1980 ?

Quelle importance de connaître la définition de la moquette ?

Ah… excusez moi, peut-être n’ai je pas suffisamment en moi de délicatesse pour aimer ce roman ?

Parlons en de cette délicatesse chère à Nathalie et à Markus, une histoire d’amour qui commence sur de telles bases, un baiser volé et oublié, on a rarement vu cela. Nathalie embrasse le fade Markus et tout le monde s’emballe. Comment peut-on aimer un homme comme ça, si inexistant ? si vide ? si laid ? si mou ? Les gens ne comprennent pas comment la belle Nathalie a pu en arriver là -et nous on s’en fiche un peu…

Est ce que cela va nous toucher, nous emporter vers un élan de romantisme, pas vraiment… Il y a trop de parasites. Les sentiments ne sont pas assez communiqués, on s’attache trop à des détails, quelle tenue porter pour un premier rendez vous ?

On reprochait à Markus d’être vide et mou, je trouve que le roman entier est à son image. La délicatesse n’est pas la mollesse. Cette littérature ne me plait que lorsqu’elle réussit son pari, me faire croire aux personnages, me faire vibrer avec eux. Ici, rien de tout ça. La délicatesse est un livre qui se veut amusant, divertissant, avec pleins de petites anecdotes et références, notamment à la littérature, à la musique et au cinéma. Ce livre se veut charmant, plein de délicatesse, mais en étant tellement pris dans le présent qu’il s’oubliera très vite et n’aura aucune chance de devenir un roman qui survivra à son époque2

Lire Foenkinos, et La délicatesse, c’est plonger dans un univers d’inutilité, de superflu. Je n’ai pas souvent rencontré un roman qui me hérisse autant et qui m’exaspère à chaque digression.

Définition du Navet :

> navet (nom masculin)

Plante potagère de la famille des crucifères.

(familier) Mauvais film, mauvais roman

____________

1 Le lecteur peut s’arrêter de lire ici… je n’ai pas aimé ce livre !

____________

2 C’était beaucoup lui demander, mais à quoi bon publier un roman si c’est pour en faire un objet aussi périssable qu’un magazine féminin. Les arbres de la forêt ont ils reçu de la délicatesse en étant arrachés ?
Pour ne pas mourir bête, je regarderai le film pour voir comment ils ont fait pour mettre en image autant de superflu. La critique viendra prochainement.

Publicités

Une réflexion sur “La délicatesse – David Foenkinos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s