Les rayures du zèbre – Benoit Mariage

les rayuresJosé est agent de footballeurs. Sa spécialité : repérer en Afrique des talents prometteurs.  Lorsqu’il déniche Yaya, il l’emmène en Belgique pour en faire un champion. Il est persuadé d’avoir trouvé la poule aux œufs d’or. Mais rien ne se passera comme prévu…

En cherchant un film à voir cette semaine, je suis tombé sur ce film belge, avec Poelvoorde dans le rôle principal, un agent de joueur plutôt iconoclaste. Benoit Poelvoorde en impose dans ce projet du réalisateur de Western, Benoit Mariage. Il porte le film sur ses épaules, les comédiens secondaires peinent à s’exprimer, pas vraiment de jeu d’acteur, toujours les mêmes visages. On peut saluer quand même Tom Audenaert qui est une belle découverte dans un rôle de recruteur qui tombe sous les charmes d’une jeune Ivoirienne.

Le film suit José, de l’Afrique des quartiers défavorisés, à la neige et au froid Belge. José a une grande réputation en Afrique, c’est un messie, un sauveur, la personne qui peut t’envoyer en Europe, jouer dans les meilleures équipes du monde. Les jeunes prodiges souhaitent faire bonne impression, allant jusqu’à le voir à son hôtel. En Afrique, José a l’air d’un colon, il dirige tout, commande. En Belgique, son bagout est bien son seul atout. Il est vieillissant et les clubs ne lui accordent plus la même confiance, il a eu quelques ratés avec ses recrues africaines, dont un joueur d’Anderlecht qui ne pense qu’à aller dans les boites de nuit. La confiance est donc mise à mal, lorsqu’il se présente avec Yaya, un jeune prodige mais qu’il a du mal à caser, utilisant des petites combines pour arriver à ses fins, jusqu’à demander à son fils vétérinaire, de faire une piqure à son protégé…

Le film pourrait donner l’impression d’être en roue libre, donnant les pleins pouvoirs à l’acteur principal, mais le réalisateur arrive à mettre sa patte. Proche du cinéma documentaire Benoit Mariage, mêle les styles, on sent bien que pour de nombreux footballeurs, l’arrivée en Europe peut ressembler à ça. Un film au final très humain, très sensible alors que les pitreries pourraient donner une autre image…

Les rayures du zèbre est un film court, intense, 1h18 environ. Il n’y a pas vraiment de temps mort, des rebondissements, des fous rires dés que Benoit Poelvoorde parle, surtout dans la première partie.

Ce film s’adresse aux fans de l’acteur belge, qui trouveront leur bonheur, mais aussi à toutes les personnes qui s’intéressent au football, et plus particulièrement au « marché » africain pour les stars du ballon rond.  

Publicités

Une réflexion sur “Les rayures du zèbre – Benoit Mariage

  1. Pingback: Les rayures du zèbre – Benoit Mariage | Un Art Quotidien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s