Midnight Special – Jeff Nichols

052102.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxFuyant d’abord des fanatiques religieux et des forces de police, Roy, père de famille et son fils Alton, se retrouvent bientôt les proies d’une chasse à l’homme à travers tout le pays, mobilisant même les plus hautes instances du gouvernement fédéral. En fin de compte, le père risque tout pour sauver son fils et lui permettre d’accomplir son destin. Un destin qui pourrait bien changer le monde pour toujours.

Une télévision est allumée dans un motel. A l’écran, une présentatrice annonce l’enlèvement d’un jeune garçon de 8 ans. A l’intérieur de la chambre du motel, sous une couverture, Alton, le jeune garçon que toutes les agents de la police recherchent. Il lit une bande dessinée. Il a des lunettes de plongée sur les yeux et un casque insonorisé sur les oreilles. Deux hommes sont là, armés, surveillant les environs. Lorsqu’ils décident de sortir de la chambre pour rentrer dans une Ford Chevrolet de couleur grise, une femme les observe et prévient la police.

Démarre alors une course poursuite. Bruits de moteur assourdissant, résonnant, et bourdonnant dans nos oreilles de spectateurs enthousiasmés par ce début de film. Les ravisseurs éteignent les phares de la voiture et roulent à tombeau ouvert seulement équipés de lunettes de vision nocturne. Alors que l’alerte a été donné et qu’ils ont capté sur leur poste de radio de la police qu’ils sont suivis, ils évitent de justesse une accident, mais un gyrophare de la police s’éclaire au loin.

Le film démarre, nous sommes happés, incapable de bouger de notre siège. Midnight Special promet d’être Excellent.

Jeff Nichols (déjà auteur des excellents Mud et Shotgun Stories -maintenant j’ai envie de voir Take Shelter que j’avais raté) filme les visages et le paysage du Sud des Etats-Unis avec un tel talent que nous sommes émerveillés.

Cette histoire est belle et très touchante. L’émotion monte progressivement à fur et à mesure que les choses se révèlent (les larmes cette fois ci sont montés à plusieurs reprises). C’est un très beau film de science fiction pur, qui fait la part belle aux émotions et aux relations entre les personnages. Avec une très intéressante relation père-fils. Jeff Nichols m’a bluffé dés la première séquence et jusqu’au bout, avec des effets spéciaux suffisant pour retranscrire la magie de ces histoires tellement appréciées par le cinéma. On pense à Steven Spielberg dans ses premiers films sur les OVNIS. Le jeune garçon s’éclaire progressivement, au départ effacé, faible et malheureux, il s’ouvre au monde, aux gens qui l’entourent et à nous.

Midnight Special est un magnifique film, regorgeant d’émotion, d’aventure, de féérie et d’un peu d’humour… J’ai vraiment adoré.