Queen and Country – John Boorman

433221.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx1952. Bill Rohan a 18 ans et l’avenir devant lui. Pourquoi pas avec cette jolie fille qu’il aperçoit sur son vélo depuis la rivière où il nage chaque matin ? Cette idylle naissante est bientôt contrariée lorsqu’il est appelé pour effectuer deux années de service militaire en tant qu’instructeur dans un camp d’entraînement pour jeunes soldats anglais en partance pour la Corée. Bill se lie d’amitié à Percy, un farceur dépourvu de principes avec lequel il complote pour tenter de faire tomber de son piédestal leur bourreau : le psychorigide Sergent Major Bradley. Tous deux parviennent néanmoins à oublier un peu l’enfermement et la discipline à l’occasion de rares sorties. Mais leur est-il encore possible d’y rencontrer l’âme sœur ?

Queen and Country est la suite de Hope and Glory (La guerre à 7 ans), il reprend le même personnage Bill Rohan, double du réalisateur John Boorman qui raconte avec ces deux films son histoire personnelle. Nous n’avions jamais entendu parler de Hope and Glory avant de voir ce film. Cela n’a pas gêné. John Boorman est un réalisateur britannique très connu pour certains films comme Zardoz, Excalibur mais aussi Le tailleur de Panama.

John Boorman (ou Bill Rohan) a vécu son adolescence dans l’après guerre. Vivant sur une île au milieu de la Tamise, il attend à 18 ans une lettre lui annonçant son service militaire, espérant être exempté. Lui, qui rêve aux filles et à l’amour, va intégrer pendant 2 ans, un camp d’entrainement où la violence des échanges va profondément le choquer.

Avec la complicité d’un ami et collègue, Percy, Bill va tenter de vivre des aventures en dehors, en rencontrant des filles, mystérieuses créatures si différentes des garçons, ou à l’intérieur du camp, en essayant de trouver un moyen pour affronter les officiers.

Le film de John Boorman plait pour la beauté de ses images, avec un petit charme désuet, les années 1950 anglaises, autour de la période du couronnement d’Elizabeth. Quelques maladresses dans le traitement quand même, nous, spectateurs, ne sentons pas vraiment la violence et l’inconfort des jeunes recrues face à la hiérarchie. Nous avons en outre parfois l’impression d’une exagération dans le jeu des jeunes comédiens. Surtout l’ami, Percy, qui à l’air de s’emporter très facilement et violemment contre les officiers, les menaçant de mort (sans que l’on sache trop pourquoi).

Il y a plusieurs ellipses qui gâchent certains aspects. Nous avançons trop vite dans la formation des jeunes soldats, très vite nous les retrouvons eux mêmes Instructeurs sans savoir pourquoi ils ont été promus. Certains officiers paraissent également un peu trop caricaturés.

Quelques défauts dans ce film, mais si l’on ferme les yeux et qu’on regarde le film défiler dans notre mémoire, ce qui me frappe c’est la beauté des corps, garçons, filles. Cette scène sur la rivière d’Oxford, avec la barque. On sent beaucoup d’émotions. Il y a du jeu entre les deux protagonistes. Des attentes qui ne sont pas les mêmes des deux cotés.

Un film qui retrace l’initiation d’un jeune. Autour de l’amour, des filles qui ont l’air d’être intouchables et des autres. De ce qu’on est prêt de faire par amour, ou amitié.

Cette période méritait d’être filmée. Cette période où des jeunes soldats étaient amenés à combattre en Corée, contre les communistes, pour des revendications tellement éloignées de leur vie. Si peu de temps après la guerre 39/45, cette période où les officiers avaient la figure de héros. Ayant combattu et vaincu le fascisme. Plusieurs choses troublantes dans ce film. Beau, pour ses images, certaines scènes, mais aussi inégal.

La posture du réalisateur qui filme son double est étrange. Son personnage nous parait trop parfait. Peu de défauts. Il a une belle tête, beau visage d’ange, sans doute trop lisse.

 

Publicités

Une réflexion sur “Queen and Country – John Boorman

  1. Pingback: Queen and Country – John Boorman | Un Art Quotidien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s