L’économie du couple – Joachim Lafosse

020785.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxAprès 15 ans de vie commune, Marie et Boris se séparent. Or, c’est elle qui a acheté la maison dans laquelle ils vivent avec leurs deux enfants, mais c’est lui qui l’a entièrement rénovée. A présent, ils sont obligés d’y cohabiter, Boris n’ayant pas les moyens de se reloger. A l’heure des comptes, aucun des deux ne veut lâcher sur ce qu’il juge avoir apporté.

Un film sur un couple en crise. Nous sommes très loin des comédies sur le divorce comme Papa ou maman (avec Marina Foïs et Laurent Laffite), ici avec le cinéma de Joachim Lafosse nous sommes dans l’intime, la colère, le ressentiment. L’économie du couple est l’histoire d’un couple qui cherche une solution. Elle ne l’aime plus. Elle souhaite que son compagnon quitte l’appartement, mais lui n’est pas d’accord sur la répartition.

Le facteur travail contre le facteur capital, lui bricoleur qui a, avec de nombreux travaux, bonifié l’appartement lui apportant une belle plus value. Elle, héritière, et qui grâce à sa famille, a pu acheter. La séparation de ce couple sera liée à l’appartement et à l’argent. Un appartement, avec ses beaux espaces et grandes fenêtres, au centre du film est un troisième personnage. Le film est un huis clos parfois théâtral où l’homme et la femme se repoussent, se crient dessus, s’affrontent… Toujours devant le regard de leurs jolies jumelles Margaux et Jade. Des jumelles qui sont souvent malheureusement spectatrices de scènes de cris, les parents démunies face à leurs incompatibilités.

Le film est très intime, la caméra de Joachim Lafosse se promène dans l’appartement, se rapproche des visages, ou avec des plans d’ensemble montre la séparation qui grandit entre un couple qui s’aimait avant.

Etre dans la situation de ce couple n’est pas enviable, le film souvent triste nous a bouleversé pour une courte séquence. Nous espérions sans doute une fin différente, une happy end nous aurait bien plu, mais la violence des rapports du couple, tous les ressentiments et contradictions de ce couple sont définitifs.

Avant que le malheur ne frappe, il faudra que l’un ou l’autre cède, cette situation intenable, parfois violente, avec deux personnages têtus. Têtus, mais tous les deux avec des raisons valables. Nous sommes partagés. On ne peut pas prendre parti pour l’un ou pour l’autre. L’économie du couple est un film intéressant. Même avec des imperfections.