Le coeur d’une autre – Tatiana de Rosnay

coeurBruce, un quadragénaire divorcé, un peu ours, un rien misogyne, est sauvé in extremis par une greffe cardiaque. Après l’opération, sa personnalité, son comportement, ses goûts changent de façon surprenante. Il ignore encore que son nouveau coeur est celui d’une femme. Mais quand ce coeur s’emballe avec frénésie devant les tableaux d’un maître de la Renaissance italienne, Bruce veut comprendre. Qui était son donneur ? Quelle avait été sa vie ? Des palais austères de Toscane aux sommets laiteux des Grisons, Bruce mène l’enquête. Lorsqu’il découvrira la vérité, il ne sera plus jamais le même…

Tatiana de Rosnay (auteur de Elle s’appelait Sarah, Boomerand et Rose) nous embarque dans une histoire de coeur, une histoire d’amour. Mais pas seulement.

« J’avais les habitudes lugubres d’une vieille fille ; ces vieilles filles velues à bouillottes qui se parlent seules à voix basse, qui portent des chaussettes de laine pour dormir et leur Damart même quand il fait chaud. Rien de tragique, pourrait-on dire. Rien d’extraordinaire. Cependant – Hélas ! -, il s’avère que je suis un homme. »

Une histoire d’homme qui changera sous l’impulsion des nouveaux batements de son coeur, un homme bourru, mysogine, terne qui va devenir subitement différent. Découvrant la peinture lors d’un voyage à Florence avec son fils, il ressentira une émotion toute particulière devant l’oeuvre de Paolo Uccelo, son coeur palpitera, l’essouflant…

A la poursuite de la découverte de son donneur qui lui a sauvé la vie, Bruce ira en Italie, puis en Suisse pour finir ce que son donneur avait commencé. Un peu de fantastique dans ce roman absolument envoutant.

Comme certains romans qui utilisent l’âme d’un livre pour faire revivre son auteur, ici c’est le coeur de Bruce, son nouveau coeur, qui servira de mémoire, qui sera la clé pour comprendre le passé.

C’est le premier roman de Tatiana de Rosnay que je lis et j’ai beaucoup aimé son style, une écriture fluide qui fait la part belle aux descriptions des sentiments, mais sans en faire trop. Ce roman qui est relativement court se lit vite, on est pris par cette histoire et amusé du changement d’un homme. Il y a de l’humour, de l’amour, du mystère…

Certains passages peuvent faire penser un peu à des cartes postales, on ne croit pas trop au réalisme de l’histoire, cela semble un peu trop surnaturel mais on se laisse embarquer.

Petit roman qui se consomme sans modération…

Publicités