C’est beau la vie quand on y pense – Gérard Jugnot

C'est beau la vie quand on y pense : AfficheLoïc Le Tallec ne s’est jamais vraiment occupé de son fils. Quand ce dernier disparaît dans un accident de la route, Loïc est dévasté. Il n’a plus qu’une idée en tête : retrouver celui qui vit désormais avec le cœur de son fils.

Comédie sensible sur la paternité, sur les choix qu’on a fait et qu’on regrette. Gérard Jugnot joue le rôle d’un ancien pilote de rallye, Loic, qui a délaissé son fils, le laissant à son ex femme, ne s’en occupant pas, trop occupé à parcourir le monde au volant de son bolide.

Lorsqu’il décède, d’un accident de la route, Loic regrettera ses mauvaises décisions. Son fils est mort, mais son coeur bat maintenant dans le corps d’un autre. Un jeune homme lui aussi. Insouciant et profitant de ce nouveau départ, greffé d’un nouveau cœur, il vit sa vie à 100 à l’heure, sans réfléchir.

Bravant les interdits médicaux il va découvrir son identité et essayer d’entrer en contact, afin de voir si le coeur de son fils est dans de bonnes mains. La rencontre sera terrible, entre un père bouleversé et un jeune homme inconscient…

Le film est parfois drôle mais nous sommes plutôt sur le registre de l’émotion. C’est souvent un peu convenu, la rencontre fut explosive mais leur amitié au fil des jours et des semaines de plus en plus sincère. On passe un agréable moment même s’il n’y a rien de fascinant. Les seconds rôles n’apportent rien et le duo réussit par moment à emporter l’adhésion. Une comédie sentimentale qui aurait pu passer directement par la case Télévision.

Publicités