Je suis un hikikomori – Florence Aubry

hikikomoriCela fait cinq semaines qu’il s’est enfermé dans sa chambre et refuse d’en sortir. Il n’a plus aucun contact avec sa mère et le monde extérieur. L’ordinateur, le lit, la télévision, la fenêtre: voilà ce qui rythme désormais ses journées. Que s’est-il passé ? C’est vraiment naze, ce qu’il a fait.

J’ai été intrigué par ce livre et ayant dans l’idée de l’offrir pour Noël à une jeune fille de notre famille, j’ai eu envie de me faire une idée et de le lire avant de l’offrir. Un Hikikomori… tout d’abord, qu’est ce que c’est ? C’est un terme japonais qui définie une pathologie qui touche surtout les adolescents ou les jeunes adultes au Japon, qui vivent cloitrés du monde et des autres, enfermés dans leur chambre, n’en sortant pas pendant plusieurs mois ou années, s’abreuvant de télé, d’internet… Une jeune sur dix au Japon serait concerné.

Le sujet est plutôt sensible ! L’adolescence maintenant se vit beaucoup par réseaux sociaux, depuis un écran, téléphone portable ou ordinateur. Les contacts humains, les vrais contacts, peuvent faire peur à ces jeunes qui se sentent accablés par la société.

Ce roman, pour adolescent, très court, 150 pages environ se lit d’une traite, et suit le parcours d’un adolescent. De sa rentrée dans un nouveau collège après un déménagement et son besoin de rencontrer des amis, les difficultés qu’il ressent d’être isolé. C’est un roman qui se passe en deux temps, la partie principale est le flash back qui montre l’origine du problème.

Le jeune garçon dont on ignore le nom s’est un jour enfermé, ne voulant plus sortir de sa chambre, refusant d’aller au collège. Une sorte de phobie l’emparait. Sa mère, incapable de trouver une solution a abandonné le combat et lui fournit des plateaux repas, qu’il prend seul dans sa chambre, lorsque sa mère s’absente.

C’est un roman bouleversant qui restrancrit bien les émotions complexes de l’adolescent. Ce besoin intense d’être reconnu, d’avoir des amis, de faire partie d’un groupe, au risque de perdre le plus essentiel.

Je suis un hikikomori m’a beaucoup plu, un roman qui se lit d’une traite tellement nous sommes pressés de connaître le fin mot de l’histoire. Un roman qui nous parle à tous. J’espère qu’il plaira à la personne à qui je l’offre.

Le jeune hikikomori aura besoin d’un regard innocent, d’un sourire, d’une présence différente, et de responsabilité pour s’en sortir, et tout simplement oser sortir de chez lui.

Une réflexion sur “Je suis un hikikomori – Florence Aubry

  1. Pingback: Je suis un hikikomori – Florence Aubry | Un Art Quotidien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s