Patients – Grand corps malade et Mehdi Idir

Se laver, s’habiller, marcher, jouer au basket, voici ce que Ben ne peut plus faire à son arrivée dans un centre de rééducation suite à un grave accident. Ses nouveaux amis sont tétras, paras, traumas crâniens…. Bref, toute la crème du handicap. Ensemble ils vont apprendre la patience. Ils vont résister, se vanner, s’engueuler, se séduire mais surtout trouver l’énergie pour réapprendre à vivre. Patients est l’histoire d’une renaissance, d’un voyage chaotique fait de victoires et de défaites, de larmes et d’éclats de rire, mais surtout de rencontres : on ne guérit pas seul.

Une découverte du milieu des corps malades, des jeunes hommes et femmes, brisés par des accidents. Handicapés depuis peu ou depuis l’enfance ils vont se retrouver dans ce centre de rééducation, et tenter de se reconstruire.

La reconstruction est parfois plus mentale que physique, leurs corps seront souvent trop abimés pour espérer sortir du fauteuil et remarcher, seuls quelques uns le pourront. Mais ils ont besoin de s’entraider pour passer á un autre statut, passer de la case valide á la case handicapé, n’etre plus qu’un corps malade qu’on transporte, qu’on souléve, qu’on lave, qu’on habille.

Portrait des jeunes dans leur nouvelle situation mais aussi du corps soignant. Souvent á l’écoute mais parfois parlant aux patients sans respect, des gens dévoués qui ont souvent envie de faire le maximum, tenir le téléphone a un jeune tetraplegique qui raconte a ses amis sa vie d’handicapé, des sondes urinaires souvent un bon moyen pour dégouter ses amis.

Le film Patients est vraiment une réussite, nous accompagnons les patients dans leur quotidien, leurs séances de kiné, des séances de piscine, les promenades dans le parc, ou les fauteuils risquent de s’embourber…

Grand Corps Malade nous raconte son histoire, son expérience apres son accident de plongeon. Sa renaissance… Il est maintenant debout, sur sa canne, mais il n’oublie pas d’ou il vient, son parcours pour reprendre contact avec ses muscles, ses jambes, ses mains. Il n’oublie pas non plus ses amis, les camarades qui n’ont pas tous eu la meme chance de se relever.

La sensisibilité que l’on ressent dans ses chansons trouve son origine dans ce combat, dans ses rencontres. Un film a voir !

Publicités