Le père de nos pères – Bernard Werber

le-pere-de-nos-peresLe roman s’ouvre sur une lettre que le professeur Adjémian est en train de rédiger. Il y annonce une stupéfiante nouvelle, il peut enfin répondre à la question des origines de l’homme: il est aujourd’hui en mesure de dévoiler la nature du chaînon manquant. Il ne livrera pas ce secret au papier et à son mystérieux destinataire. Malheureusement, sa femme de ménage le trouve assassiné dans sa baignoire avec une sanguinolente blessure au ventre. Voisine du scientifique, la jeune et insolente (jolie aussi) journaliste Lucrèce Nemrod est alertée par l’attroupement et l’agitation générés par le meurtre. Le sujet lui paraît alléchant. Guidée par un journaliste retraité, obèse et doué, elle va suivre la piste des recherches du professeur pour découvrir son meurtrier et le chaînon manquant.

Premier roman que je lis de Werber alors que j’ai souvent eu envie. La curiosité et le hasard m’a conduit vers celui-ci.

J’ai beaucoup aimé le style. Nous suivons une enquête sur un meurtre menée par deux journalistes. Lucrèce Nemrod jeune ambitieuse et Isidore Katzenberg vieux, obèse, reclu dans un château d’eau pour le protéger du monde extérieur.

La rencontre entre ces deux personnages atypiques fait bien sourire. Le roman a l’air construit comme un policier un peu décalé mais de nombreux détails montrent que l’auteur a d’autres ambitions. La science n’est jamais loin.

En lisant ce livre (qui se dévore) je pensais à Jostein Gaarder et Le monde de Sophie. Un roman qui apprend beaucoup de choses. Des réflexions philosophiques, scientifiques, métaphysiques, Bernard Werber nous envoie dans un autre monde à la rencontre de notre père. Le chaînon manquant.

Beaucoup de théories émaillent le roman : certaines farfelues, d’autres beaucoup plus sérieuses. Nos deux journalistes vont progressivement retrouver les traces du paléontologue. Tomber face à cette découverte qui remet en cause bon nombre de conceptions…

De la fantaisie mêlée à du sérieux. On s’interroge. Où est le vrai? Où commence la fiction ?

Nous suivons avec des chapitres alternés l’enquête et la vie de IL un primate qui a des envies d’évolution…

Belle découverte en tout cas… Un livre qui m’a donné envie à nouveau de découvrir l’oeuvre de Bernard Werber.