Au lieu-dit Noir Etang… – Thomas H Cook

noir etangAoût 1926. Chatham, Nouvelle-Angleterre, à quelques encablures du cap Cod : son église, son port de pêche et son école de garçons, fondée par Arthur Griswald, qui la dirige avec droiture et vertu. L’arrivée de la belle Mlle Channing, venue d’Afrique pour enseigner les arts plastiques à Chatham School, paraît anodine en soi, mais un an plus tard, dans cette petite ville paisible, il y aura eu plusieurs morts. Henry, le fils adolescent de M Griswald, est vite fasciné par celle qui va lui enseigner le dessin et lui faire découvrir qu’il faut  » vivre ses passions jusqu’au bout « . Du coup, l’idéal de vie digne et conventionnelle que prône son père lui semble être un carcan. Henry assiste, complice muet et narrateur peu fiable, à la naissance d’un amour tragique entre Mlle Channing et M Reed, le professeur de lettres qui vit au bord du Noir-Etang avec sa femme et sa fille. Il voit en eux  » deux figures romantiques, des versions modernes de Catherine et de Heathcliff « . Mais l’adultère est mal vu à l’époque, et après le drame qui entraine la chute de Chatham School, le lecteur ne peut que se demander, tout comme le procureur :  » Que s’est-il réellement passé au Noir-Etang ce jour-là ? « 

Après avoir beaucoup aimé Les Feuilles Mortes, j’ai eu envie de découvrir d’autres romans de cet auteur, Thomas H. Cook. J’ai peut-être mal choisi, il faudra que j’en lise d’autres de lui pour me faire une meilleure opinion, mais je n’ai pas vraiment accroché à ce long roman, un récit un peu trop mélangé, avec des flashbacks. Rien de linéaire.
Peut-être pour mieux perturber le lecteur, ou pour montrer tous les ressorts dramatiques de son synopsis… Je n’ai pas adoré ce mélange et cette lenteur.

Henry, le narrateur, est touchant, son rôle est très étrange. A la fois témoin d’un amour naissant, témoin d’un adultère, et presque juge, accusateur et coupable. Ayant tous les rôles à la fois. Pour montrer la complexité de ce jeune homme et de ses actes, il faut plonger dans les eaux troubles de cet étang, avec ces deux maisons face à face, qui vont entrainer leurs occupants dans une folie meutrière.

L’histoire fait parfois penser aux romans initiatiques, avec un étudiant qui est pris en main par un ou deux professeurs, pour qu’ils en sortent le meilleur. Son attirance pour Mlle Channing ne sera pas un frein à son amitié avec M. Reed. Au contraire, on pourrait penser parfois qu’il se met à la place de son mentor, jusqu’à la conclusion dramatique de l’affaire. Mais tous les actes ne sont pas bons à prendre, il ne connaissait pas toute l’histoire et c’est avec une idée de romantisme qu’il voyait les choses, qu’il imaginait le futur…

C’est un roman copieux, dense, long. Trop long. On s’ennuie.

Je tacherai dans quelques temps d’en lire d’autres pour me faire une autre image de cet auteur.

Publicités

Une réflexion sur “Au lieu-dit Noir Etang… – Thomas H Cook

  1. Pingback: Au lieu-dit Noir Etang… – Thomas H Cook | Un Art Quotidien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s