Les fiancés de l’hiver – Christelle Davos

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel. Une héroïne inoubliable, un univers riche et foisonnant, une intrigue implacable.

J’ai été attiré depuis longtemps par cette saga de Christelle Davos, et après avoir terminé le tome 1 je suis plutôt déçu. 

J’attendais autre chose. J’espérais que les talents de la liseuse soient plus explorés, ce sera peut-être le cas des autres tomes mais pour le premier nous sommes plus dans la découverte de cette Cité, la citacielle, construction pleine de fantaisies et d’imaginaire où les pièces ne font jamais la taille correcte, où des champs de coquelicots s’étendent à perte de vue dans un hall à l’arrivée d’un ascenceur… 

Beaucoup de poésie dans ce livre, l’imagination débordante de l’auteure est à souligner, nous sommes dés l’entame du roman pris par cet univers, ces arches toutes différentes qui abritent des populations variées. 

Ophélie vit beaucoup d’aventures dans cette découverte du lieu où elle est amenée à épousée Thorn, un personnage antipathique, immense, au visage marqué de cicatrices. 

Tout un livre autour des apparences, des mensonges, des manipulations, on se sent comme dans la cour des rois de France, de Versailles parfois, des grands jardins, des belles robes, des perruques impressionnantes… mais au final tout est faux. Tout n’est qu’illusion.

J’aurais besoin de laisser ce livre reposer ou infuser avant de commencer le tome 2. Je ne l’ai pas dévoré au point de devoir lire immédiatement le suivant.