Entretien avec John Harvey

John Harvey est britannique, il a écrit en 1989 un roman mettant en scène un policier d’origine polonaise du commissariat de Nottingham du nom de Charles Resnick. Le succès étant là, il va en faire une série. J’ai rencontré John Harvey lors de la Comédie du Livre 2012 de Montpellier et notamment à l’occasion du débat Should I stay or should I go, offrant une discussion entre deux auteurs de romans policiers britanniques, John Harvey et R.J Ellory. Débordant d’humour il va répondre à nos questions.

The rain before it falls – Jonathan Coe

Rosamond vient de mourir, mais sa voix résonne encore, dans une confession enregistrée, adressée à la mystérieuse Imogen. S’appuyant sur vingt photos soigneusement choisies, elle laisse libre cours à ses souvenirs et raconte, des années quarante à aujourd’hui, l’histoire de trois générations de femmes, liées par le désir, l’enfance perdue et quelques lieux magiques. Et de son récit douloureux et intense naît une question, lancinante : y a-t-il une logique qui préside à ces existences ?

Entretien avec Melvin Burgess

Melvin Burgess est né à Londres. Après avoir quitté l’école à l’âge de dix-huit ans, il commence une carrière de journaliste. Il commence à écrire vers l’âge de vingt ans, mais il doit attendre une quinzaine d’années pour voir son premier livre publié. Il est aujourd’hui considéré comme l’un des meilleurs écrivains contemporains pour la jeunesse de langue anglaise. Il a écrit : Lady, Nicholas Dane, Doing it, Le visage de Sarah et Billy Elliot (basé sur le scénario de Lee Hall)…

Bring up the bodies – Hilary Mantel

En 1535, Thomas Cromwell, le fils d’un forgeron, est très loin de ses origines humbles. Ministre de Henry VIII, sa fortune a pris le meme essort que celle de Anne Boleyn, la deuxième femme de Henry, qui, pour son amour, a rompu avec Rome, le pape, et créa sa propre église. Mais les actions de Henry ont poussé l’Angleterre vers un isolement dangereux, et Anne a échoué dans sa promesse : engendrer un fils pour sauver la ligne des Tudors. Quand Henry visite Wolf Hall, Cromwell regarde Henry tomber amoureux avec la silencieuse, timide Jane Seymour. Le ministre voit ce qui est en jeu : pas seulement le plaisir du roi, mais la sauvegarde de la nation. Comme il parcourt son chemin à travers la sexualité de la cour du roi, de sa ribambelle de commérages, il doit négocier une « vérité » qui satisfera Henry et sécurisera sa propre carrière. Mais ni les ministres, ni le roi ne sortiront sans dommages de le théâtre sanglant des derniers jours de Anne Boleyn.