Winter of the World – Ken Follett

Dans La Chute des géants, cinq familles – américaine, russe, allemande, anglaise et galloise – se sont croisées, aimées et déchirées au rythme de la Première Guerre mondiale et de la Révolution russe.
À l’aube des grands bouleversements politiques, sociaux et économiques de la seconde moitié du XXe siècle, ce sont désormais leurs enfants qui ont rendez-vous avec l’Histoire.
Pouvant se lire indépendamment du premier tome, L’Hiver du monde raconte la vie de ces êtres au destin enchevêtré pour qui l’accession au pouvoir du IIIe Reich et les grands drames de la Seconde Guerre Mondiale changeront le cours de leur vie pour le meilleur comme pour le pire.

Après avoir lu le roman La Chute des géants, je n’en pouvais plus d’attendre la suite, deux ans après, la voici… L’Hiver du monde…

J’ai du mal à l’avouer, à accepter ce commentaire… Mais je suis déçu. Le livre fait 800 pages, une taille respectable pour un roman fleuve, mais c’est trop court, bien trop rapide… J’aurai voulu que le roman dure encore… Il y a tant de personnages intéressants dans ce roman, des histoires d’amour qui sont trop peu développées, des passages clés de l’histoire du Monde pendant cette période 1933-1945, la grande séquence du débarquement en Normandie dure pendant une petite dizaine de pages. Trop peu… Ken Follett a peut-être eu peur d’ennuyer mais même au niveau des grandes romances le lecteur est laissé sur sa faim, pas vraiment de grandes descriptions enflammés. Et pourtant je dois être son plus grand fan. Quelqu’un qui trouvait les romans magnifiques, qui vibrait à chaque mots.

D’ailleurs, dés les 5 premières lignes je retrouvais mon amour de Ken Follett, des mots, des tournures de phrases, des personnages. Le début se passe en Allemagne, la fille de Maud Von Ullrich : Carla, a 11 ans et découvre avec sa famille de Sociaux Démocrates l’arrivée du Nazisme, l’arrivée au pouvoir des Brownshirts, de leur violence, de leur haine… A Berlin puis à Londres, on va également retrouver Ethel Lekwith, et son fils Lloyd, étudiant à Cambridge, dans ce cercle anti nazi berlinois ils vont rencontrer les autres jeunes héros… Plus loin, à Buffalo, aux Etats Unis, le richissime Lev Peshkof a une fille, Daisy et un fils d’une deuxième femme Greg. Les Peshkof sont riches mais pas intégrés dans la société américaine, ils côtoient le gratin mais n’ont pas la meilleure réputation. En tout cas, rien à voir avec la famille modèle : les Dewar, famille de sénateurs de père en fils, on va y rencontrer Chuck et Woody. A l’autre bout du monde, le frère de Lev, Grigori a un fils Volodya, ils sont dans l’URSS, et rêvent de changer le monde pour en faire un monde meilleur avec les bonnes choses du communisme…

Comme toujours avec Ken Follett, les histoires d’amour vont se mêler avec l’histoire mondiale, les conflits familiaux seront parfois relégués au second plan par les conflits mondiaux… L’amour triomphera-t-il toujours ?

J’espérais plus, je n’aurais peut-être jamais été rassasié complètement, j’avais peut-être trop d’espoirs… L’Hiver du monde regorge de tellement de grands moment, qu’un roman ne suffit pas pour tout compiler. Les conflits du coup se passent trop vite. Le lecteur n’a pas assez le temps d’emmagasiner les évènements, une révélation… puis deux trois paragraphes après nous partons dans un autre pays, avec d’autres héros… Parfois les hasards et les rencontres sont un peu agaçantes, le monde est très petit, tout le monde se retrouve… Mais bon, c’est la littérature !!

Ken Follett a eu une grande ambition, écrire l’histoire du XXème siècle, j’ose espérer que le troisième tome sera meilleur. Je suis dés à présent impatient de le lire.

Un livre ne peut pas tout bouleverser. Mon amour et ma passion pour ses mots est intacte. Il suffit que je replonge dans ses plus grands livres pour que tout recommence, pour que je m’enivre avec ses héros extraordinaires. Ken Follett a juste commis un petit faux pas, selon moi, j’espère que il reprendra vite le bon rythme.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s