Le roi Arthur – Guy Ritchie

Jeune homme futé, Arthur tient les faubourgs de Londonium avec sa bande, sans soupçonner le destin qui l’attend – jusqu’au jour où il s’empare de l’épée Excalibur et se saisit, dans le même temps, de son avenir. Mis au défi par le pouvoir du glaive, Arthur est aussitôt contraint de faire des choix difficiles. Rejoignant la Résistance et une mystérieuse jeune femme du nom de Guenièvre, il doit apprendre à maîtriser l’épée, à surmonter ses démons intérieurs et à unir le peuple pour vaincre le tyran Vortigern, qui a dérobé sa couronne et assassiné ses parents – et, enfin, accéder au trône…

Fresque stupéfiante réalisée par Guy Ritchie, on vit des aventures extraordinaires en compagnie de ses acteurs et notamment Charlie Hunman déjà vu dans The Lost City of Z

Au final après deux heures de débauches d’effets spéciaux, de musique assourdissante, de scènes d’actions au montage saccadé, je n’ai pas été emballé par la vision de Guy Ritchie, j’ai préféré son film Sherlock Holmes où le montage « Guy Ritchie » avait une logique concernant le cerveau du détective, ici c’est plus pour contenter ses admirateurs.

La violence et la puissance de l’épée d’Escalibur fait qu’elle est tout simplement imbattable alors dés que Arthur apprend à l’utiliser et à la maîtriser la messe est dite. 

Je ne m’attendais pas à ce genre de film quand j’y suis allé. Le roi Arthur est un medley entre le Seigneur des Anneaux, Games of Thrones (certains acteurs en viennent d’ailleurs) et d’autres Heroic Fantasy. Je n’ai pas accroché à la partie mystique des mages et des forces de l’enfer. Et je vais bien le reconnaitre je n’ai pas été convaincu du tout par Jude Law qui bien souvent me plait à 100%…

Publicités