Né quelque part – Mohamed Hamidi

néquelquepartFarid, jeune Français de 26 ans, doit aller en Algérie pour sauver la maison de son père. Découvrant ce pays où il n’a jamais mis les pieds, il tombe sous le charme d’une galerie de personnages étonnants dont l’humour et la simplicité vont profondément le toucher. Parmi eux, son cousin, un jeune homme vif et débrouillard qui nourrit le rêve de pouvoir rejoindre la France…

L’Algérie et les Algériens ont une relation iconoclaste avec la France. Certains sont nés Français et se sentent Algériens, d’autres sont nés en Algérie et rêvent de vivre en France, même dans l’illégalité. Né quelque part est un film précieux sur les deux pays, et sur la relation qu’ils entretiennent. On découvre l’Algérie, les paysages, mais aussi les hommes. 

Fini les clichés que l’on peut voir souvent au cinéma, le réalisateur d’origine Algérienne Mohamed Hamidi, imprime sur la pellicule de ce film des valeurs de solidarité, d’amour, et d’amitié. 

Fils d’immigrés, Farid, très bien intégré en France, est étudiant endroit, se sent tout de même différent. Il se sent algérien, sans pourtant y avoir mis un jour les pieds. Son père a construit une maison dans son village d’origine, celle ci est menacée par un projet de gazoduc. Son père, malade de colère, fait un malaise et ne peut pas se rendre en Algérie défendre sa maison, il envoie donc Farid. Sur les traces de son père, à la rencontre de ses cousins, il va apprendre à connaître son Algérie.

Tentant de franchir, étape par étape, les murs épais de l’administration algérienne, Farid va avoir besoin de ténacité, de courage et de grosses doses de persuasion. 

Mais les malheurs de Farid vont prendre une autre tournure, quand son cousin (Djamel Debbouze) va lui voler ses papiers d’identité et rentrer en France. Farid sera donc pris au piège, ne pouvant pas facilement prouver sa nationalité française, il tentera de trouver une solution, qui à franchir les limites de la légalité.

C’est un film touchant, émouvant, et humain. Les acteurs sont très bons, les paysages splendides. Beaucoup d’humour malgré la situation parfois difficile, Djamel Debbouze joue peut-être l’un des rôles les plus marquant de sa carrière, mais mention spéciale à cet acteur peu connu, Tewfik Jallab, qu’on a pu voir dans le très bon téléfilm Frères. On se sent bien quand on voit ce film. Une bonne surprise.

Une réflexion sur “Né quelque part – Mohamed Hamidi

  1. Pingback: Né quelque part – Mohamed Hamidi | Un Art Quotidien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s