Seuls – David Moreau

114160-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxLeïla, 16 ans, se réveille en retard comme tous les matins. Sauf qu’aujourd’hui, il n’y a personne pour la presser. Où sont ses parents? Elle prend son vélo et traverse son quartier, vide. Tout le monde a disparu. Se pensant l’unique survivante d’une catastrophe inexpliquée, elle finit par croiser quatre autres jeunes: Dodji, Yvan, Camille et Terry. Ensemble, ils vont tenter de comprendre ce qui est arrivé, apprendre à survivre dans leur monde devenu hostile… Mais sont-ils vraiment seuls?

La bande dessinée Seuls a souvent attiré mon regard dans les librairies jeunesse mais je n’avais jamais ouvert un seul épisode. Les dessins de couverture ne m’inspiraient pas beaucoup. Par un heureux hasard j’ai l’occasion de voir l’adaptation réalisée par David Moreau. Film apocalyptique, la fin du monde semble être arrivée : les voitures sont abandonnées, les téléphones ne captent plus de réseau. La première partie du film sur la découverte du monde désertique est vraiment agréable. Les adolescents sont attachants, tous très différents bien sur ce qui entraine quelques situations amusantes.

Plus le film avance, plus on se pose de questions. Certaines trouvent des réponses, d’autres non. Une conclusion que j’ai trouvé vraiment réussie mais qui ouvre également beaucoup de portes. Une suite sera utile pour percer ce mystère.

Pour les amateurs de « teen movies », pour les amateurs de film « fin du monde », ce film est agréable. Quelques défauts… comme souvent il ne faut pas trop rechercher du réalisme. Les situations et le déroulement du film interpellent, donnent envie. J’étais captivé !

Seuls de David Moreau fait penser aux U4 (roman en 4 parties de 4 auteurs différents), à Stephen King aussi. Il y a l’envie de jouer avec les peurs des spectateurs et des adolescents, des frissons nous parcourent mais quand certains masques tombent on est surpris… On ne boude pas son plaisir, on passe un bon moment.