Le pays des grottes sacrées – Les enfants de la Terre Tome 6 – Jean M Auel

auel 6La petite orpheline Cro-Magnon recueillie par des Neandertal a fait bien du chemin depuis Le Clan de l’Ours des Cavernes, le premier tome de ses aventures. Elle vient de mettre au monde une petite fille, et a été peu à peu adoptée par les membres de la Neuvième Caverne, le clan de son compagnon Jondalar. A tel point que la Zelandoni, guérisseuse et chef spirituel de la tribu, la choisit pour lui succéder un jour.
Afin de parvenir à cette fonction, Ayla suit pendant plusieurs mois la grande prêtresse. Son initiation passe notamment par la visite des nombreuses grottes ornées de la région, l’occasion pour elle de découvrir des sites magnifiquement décorés, dont elle apprend à comprendre le sens. Mais cette formation, jalonnée de rites de passage, n’a rien d’une promenade de santé, et la jeune femme devra franchir bien des obstacles avant de devenir Zelandoni. Saura-t-elle trouver un équilibre entre ses obligations de jeune mère et d’épouse et les exigences de son apprentissage ?

Une immense émotion a gonflé dans ma poitrine lors des 100 dernières pages de cette fantastique série. Ayla, Jondalar, Jonayla, Marthona, Joharran, le Loup, les chevaux et tous les autres personnages ont fait tellement partie de notre vie pendant plusieurs années qu’il est très difficile de finir ce roman.

Le sixième et dernier tome des aventures d’Ayla est un des plus réussi, sans doute aussi bon que le premier.

Nous y retrouvons comme dans le tome 5 notre belle Ayla dans ce beau Périgord où elle va apprendre à devenir Zelandonii, accompagnée en cela par la Première. Parcourant le tome 6 avec ses chevaux et son loup, Ayla va visiter les grottes sacrées, et nous entrainant dans ses pas. Découvrant la grotte Chauvet notamment, Lascaux et bien d’autres.

Alors que dans certains tomes, on s’ennuyait un peu, las des voyages incessants, ici de nombreuses péripéties secouent la communauté. Ayla n’en a pas encore finie d’apprendre à en savoir plus sur sa nouvelle famille et son ethnie. Les coutumes étranges parfois des fêtes de la mère, mais aussi des révélations provenant directement de la grande terre mère soufflant aux oreilles des appelés les sagesses à connaitre qui vont révolutionner la vie pour des millénaires.

Jean M Auel a brillamment conclu cette série avec une fin haletante et très émouvante, avec une dernière péripétie amoureuse entre notre couple moderne, Ayla et Jondalar… J’ai terminé le roman en larmes. Cela n’arrive pas si souvent, que de simples mots, puissent bouleverser autant. La vie d’Ayla a été magnifique. Le travail historique de Jean M Auel a été impressionnant, par son sérieux elle s’est attirée la sympathie des chercheurs, des scientifiques, des archéologues qui l’ont accompagné dans la profondeur de l’histoire, visitant seule ou presque des grottes légendaires qui ne sont pas ouvertes au plus grand nombre.

Les enfants de la Terre est une si belle série que je souhaite à tout le monde de la découvrir. Des premiers plaisirs partagés entre Ayla et Jondalar dans cette vallée, aux belles peintures rupestres de la grotte Chauvet, Ayla a beaucoup voyagé, et nous, aussi, l’accompagnant dans son voyage jusqu’aux origines de notre humanité.

Excellent.

Publicités