Le livre des morts – Glenn Cooper

New York, mai 2009. Six morts violentes se succèdent en quelques jours. Les modes opératoires sont différents, les victimes n’ont aucun point commun, hormis celui d’avoir reçu quelque temps plus tôt une carte postale de Las Vegas, avec une simple date, celle du jour de leur mort. Très vite, la presse s’empare de l’affaire et celui qu’elle surnomme le « Tueur de l’apocalypse» a tôt fait de semer la psychose dans la ville. Les autorités se tournent alors vers Will Piper, ancien profileur d’élite qui rêve de sa retraite prochaine. Lorsque de nouvelles cibles reçoivent à leur tour des cartes postales leur indiquant le jour de leur mort, Will va tout mettre en œuvre pour empêcher le tueur d’agir à nouveau. L’enquête de Will ne va pas tarder à prendre un tournant complètement imprévu pour le mener au cœur des secrets les mieux gardés du gouvernement américain.

Premier roman de Glenn Couper… ce livre me laisse une drôle de sensation. Je n’étais pas complètement fan du livre pendant toute la lecture et pourtant… Plusieurs centaines de pages lues en quelques heures, une intrigue rapide, efficace, qui ne laisse pas vraiment de répit. Je trouvais que le livre partait trop dans tous les sens au début, il y avait à chaque paragraphe un changement d’époque, de lieux, il fallait se réhabituer à un autre rythme de dialogue, passant d’un « argot » New Yorkais au langage très érudit de moines du VIIè siècle, habitant sur l’Ile de Wiht (qui deviendra l’Ile de Wight au fur et à mesure des invasions étrangères).

Beaucoup trop de personnages différents, une quatrième de couverture qui m’annonçait un lire ésotérique (ou la… je n’aime pas trop ça…), on se retrouve plongé au cœur de la religion, de Dieu et du Diable, du destin etc…

Tout cela aurait pu me conduire à lâcher le roman, à le reposer et à en prendre un autre, et pourtant les mots de Cooper m’ont plu, m’ont agrippé, je ne pouvais plus fermer le livre. L’agent du FBI avec ses gros problèmes personnels, avec les femmes et l’alcool, est attachant ; sa jeune coéquipière espère se former à coté du vieux Will, d’apprendre en suivant ses méthodes (en laissant les mauvaises)… Le roman passe de New York à Las Vegas en un clin d’œil, on retrouve là bas d’autres personnages, Mark Shakelton (un ami d’enfance de Will), Peter Benedict, passionné de Black Jack et auteur de scénarios, Nelson Elder un homme d’affaires… L’intrigue est tellement rapide que l’on passe d’un régime « enquête » pur, au livre sur les casinos et le Black Jack, mais aussi dans un monde différent, celui des monastères de l’Ile de Wight. L’auteur brasse tous les sujets, en fait une sortie de potion magique qui, de manière un peu déroutante, scotche le lecteur. On ne s’attendait pas à ça.

Glenn Cooper a écrit déjà la suite qui s’intitule Le livre des âmes… C’est habituel, et en même temps, agaçant, je ne sais pas ce que vaut le second livre mais pourquoi les auteurs ont-ils toujours besoin de faire des séries ? J’ai apprécié lire ce livre, même sous les défauts récurrents de ce style de littérature un peu trop mystique et irrationnelle.

J’aime plutôt la littérature policière réelle, avec des explications logiques et pas une fumeuse histoire de destinée, de libre-arbitre… Cooper se place dans la même ligne que les Raymond Khouri, Steve Berry, et tous les autres qui surfent sur les templiers, la religion, les quêtes du Graal ou du corps du Christ ou de son journal intime !

Mais il faut rendre à César ce qui appartient à César, Glenn Cooper a une vraie maitrise de l’action, des rebondissements et sait comment captiver son lecteur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s