Les feuilles mortes – Thomas H Cook

feuilles mortes« Les photos de famille mentent. Je compris ça en partant pour toujours de chez moi cet après-midi-là, si bien que je n’emportai que deux clichés. » Vingt ans plus tard, Eric Moore a tout pour être heureux. Ses débuts difficiles ne l’ont pas empêché d’avoir une jolie maison et une famille heureuse. Un soir pourtant, alors que son fils de quinze ans garde la fillette des voisins, cette dernière disparaît, ce qui laisse libre cours à toutes les hypothèses. L’adolescent, mal dans sa peau, se défend de façon confuse. Du jour au lendemain, Eric devient l’un de ces parents qu’il a vus, dans les médias, proclamer l’innocence de leur progéniture. En est-il lui-même tout à fait sûr et à qui confier un tel doute ? Son propre passé n’est-il pas là pour lui rappeler que les apparences sont trompeuses ? Et quoi de plus dur que de regarder son fils comme un monstre en puissance alors que vous êtes devenu son seul espoir ?..

Quel roman intrigant et intéressant.

Un roman où le narrateur, un père de famille, essaie de comprendre ce qui se passe sous son toit, des mystères qui s’épaississent de pages en pages. Son fils est accusé d’avoir enlevé une jeune fille de 8 ans, sa voisine, qu’il gardait un soir. Cet adolescent n’est pas du genre communicatif, et exprime rarement ses émotions. Une relation père fils de plus en plus distante, une amertume, inconsciente… et le pire arrive. Est il possible que son fils soit un pervers ? Un assassin ? Un psychopathe ?

Que les mystères s’épaississent ou se résolvent, j’ai beaucoup aimé la plume de Thomas H Cook, avec lui on part en voyage (Thomas Cook voyages, c’était facile…), mais un voyage à l’intérieur de l’âme du narrateur, de ses idées préconçues.

C’est un roman très psychologique, où l’action n’est pas très présente. Pas de sang dégoulinant, pas de meurtres en série, « juste » une disparition… L’auteur est talentueux car il nous met en haleine dés le début. Et jusqu’à la fin. Une dernière page qui nous bouleverse encore plus.

Étant donné la construction du roman, on sentait que le narrateur allait terminer brisé, sur les rotules, mais bien que l’on s’attendait à cela, on n’est pas déçu car cela dépasse bien nos conclusions personnelles.

Les feuilles mortes est une histoire de familles, celle du présumé coupable, de la victime et une autre histoire plus ancienne qui surgit quand on s’y attend le moins, qui nous glace un peu le sang… J’ai trouvé ce roman très abouti, très réussi.

Une vraie découverte que je vous conseille.

Une réflexion sur “Les feuilles mortes – Thomas H Cook

  1. Pingback: Les feuilles mortes – Thomas H Cook | Un Art Quotidien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s