L’ascension – Ludovic Bernard

394590-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx« Pour toi, je pourrais gravir l’Everest !» Samy aurait mieux fait de se taire ce jour-là… D’autant que Nadia ne croit pas beaucoup à ses belles paroles. Et pourtant… Par amour pour elle, Samy quitte sa cité HLM et part gravir les mythiques 8848 mètres qui font de l’Everest le Toit du monde. Un départ qui fait vibrer ses copains, puis tout le 9-3 et c’est bientôt la France entière qui suit avec émotion les exploits de ce jeune mec ordinaire mais amoureux. A la clé, un message d’espoir : à chacun d’inventer son avenir, puisque tout est possible.

Feel good movie à la sauce française, et plus spécialement à la sauce 93 🙂

Non. L’ascension ne se résume pas à ça. L’ascension c’est un superbe film sur la volonté, le dépassement de soi, le courage, l’amour, la famille, l’alpinisme…

Pleins de moments sont magnifiques ! Les paysages bien entendus, des tours de La Courneuve aux sommets de l’Himalaya, le jeune Samy admire le paysage, mais n’a pas vraiment le temps de profiter du spectacle, le groupe avec qui il marche est plein d’experts qui tentent l’Everest, certains pour leur deuxième ou troisième fois. Lui, tocard* du 93, ayant comme seule expérience d’alpinisme l’escalier de sa tour de 12 étages.

Mentant sur son CV, affirmant avoir réussi le Mont Blanc et le Kilimandjaro, il est pris en main par un guide énergique et peu amène… La montée est difficile. Sami est à la peine. Mais derrière lui, il a toute une cité, une ville qui croit en lui. Montant l’Everest sponsorisé par une radio, il tient des compte-rendus réguliers qui sont écoutés par tous, repris par des grands quotidiens. Sami devient une star dans le 93 mais réussira t-il à aller au bout ?

A souffrir jusqu’en haut pour prouver à sa copine qu’il est quelqu’un à qui on peut faire confiance ?

Sami et tous les personnages secondaires, les trois copains de la cité qui manquent de vocabulaire (« c’est chaud ! »), les présentateurs de Radio Nomade, la famille de Sami, et bien sûr la très jolie Nadia qui pour se protéger, se faisait plus dure et coriace qu’elle ne l’était, envoyant sans trop le vouloir son ami d’enfance au bout du monde, lui qui va risquer sa vie dans les derniers 1000 mètres.

Je conseille vivement ce film, il apporte beaucoup d’émotions, donne une belle image des jeunes de la banlieue, on admire des superbes paysages. La rencontre de ce jeune avec le monde de l’alpinisme est souvent drôle, touchante aussi. Leurs deux mondes ne se croisent jamais. Il veut aller au bout, il n’aura pas droit à une seconde chance. Son amitié avec son Sharpak est très belle. Sami, étant issu d’une minorité, admire le travail de l’ombre de ces centaines de courageux qui portent sans se plaindre, montant des sacs énormes, des réfrigérateurs, des paniers remplis… Ce sont eux les vrais héros de l’Everest.

*Le film est adapté du roman Un tocard sur le toit du monde de Nadir Dendoune