Eux sur la photo – Hélène Gestern

fileUne petite annonce dans un journal comme une bouteille à la mer. Hélène cherche la vérité sur sa mère, morte lorsqu’elle avait trois ans. Ses indices : deux noms, et une photographie retrouvée dans des papiers de famille qui montre une jeune femme heureuse et insouciante, entourée de deux hommes qu’Hélène ne connaît pas. Une réponse arrive : Stéphane, un scientifique vivant en Angleterre, a reconnu son père.

Le roman de Hélène Gestern parle de familles, de secrets, d’amour… De mémoire.

La mémoire est le centre du roman, écrit sous la forme épistolaire entre Hélène et Stéphane, deux trentenaires qui cherchent à mieux comprendre leur histoire familiale. Avec les photographies trouvées ici et là dans les maisons familiales, ils vont retracer le parcours de leurs parents respectifs, Hélène sera intriguée par les mystères autour de la personne de sa mère, Nathalia une immigrante russe, qui est morte alors qu’Hélène était enfant. Mais ni son père, ni sa belle mère, ne l’aideront dans sa recherche, préférant garder tous les secrets au fond d’eux. Hélène perdra son père et la maladie de sa belle mère : l’Alzheimer, l’empêchera de connaitre la vérité. Sans espoirs, elle adresse cette photographie au journal, un appel à l’aide qui résonnera chez Stéphane, qui est le fils d’un des hommes de la photo. La maladie d’Alzheimer est un symbole puissant de cette mémoire que les « enfants » cherchent. 

L’histoire de Stéphane et d’Hélène s’est écrit dans les années 60, lorsque leurs parents respectifs se sont rencontrés, y-a-t-il eu autre chose entre eux ? De l’amour ? Est ce que Hélène et Stéphane sont frères et sœurs ? Alors que les sentiments entre eux naissent cela va t-il tout chambouler ?

Le passé ne vaut il pas mieux resté enterré ?

A qui la faute, des mensonges, des secrets, des générations de mystères.

Ce roman, un peu trop romantique par certains cotés, se lit très vite, la forme de lettres accélère en plus la lecture. On s’attache aux personnages, on fait des suppositions. Ce livre ne marquera pas la littérature et je l’oublierai sans doute vite.

Publicités

2 réflexions sur “Eux sur la photo – Hélène Gestern

  1. Pingback: Eux sur la photo – Hélène Gestern | Un Art Quotidien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s