Song for Marion – Paul Andrew William

 songformarionArthur et Marion, couple de retraités, sont profondément unis malgré leurs caractères dissemblables ; Marion est positive et sociable, Arthur est morose et fâché avec la terre entière. Aussi ne comprend-il pas l’enthousiasme de sa femme à chanter dans cette chorale férue de reprises pop décalées et menée par la pétillante Elizabeth. Mais peu à peu, Arthur se laisse toucher par la bonne humeur du groupe et par la gentillesse d’Elizabeth. Encouragé par cette dernière, qui a inscrit la chorale à un concours, Arthur réalise qu’il n’est jamais trop tard pour changer.

Film britannique de Paul Andrew William, Song for Marion est un film sur la vieillesse, la solitude et sur la capacité à s’ouvrir aux autres.

Terence Stamp incarne Arthur, vieil homme râleur et pourtant touchant dans sa relation avec sa femme malade dont il prend un grand soin, ne voyant pas d’un très bon œil ses escapades vocales avec la chorale de la ville qui risquent de mettre sa fragile santé en péril. Arthur c’est un homme bougon qui ne sait pas parler à son fils, qui voit dans la relation entre son fils et sa petite fille l’opposé de sa propre relation et que cela dérange. Il sent qu’il n’a pas été un bon père, et ne trouve pas les mots pour le dire. Arthur est réservé, il ne souhaite pas exprimer ses sentiments, restant dans sa carapace pour se protéger, d’un monde extérieur qu’il redoute. Au risque de tout perdre.

L’âge avançant il n’imagine plus changer.

Lorsque ému par la chanson de sa femme, véritable déclaration d’amour, Arthur, à son habitude fuira (et râlera) pour éviter de laisser son cœur le trahir. Arthur en privé est sensible, il parle à sa femme de son amour, de la solitude qu’il craint, de son besoin de la protéger pour la garder, pour ne pas la perdre.

C’est un film sur la vieillesse, sur l’amour et la séparation… Il est question de mort, mais également d’espoir, d’amour, de renouveau. C’est un film qui nous a rappelé l’Angleterre, les maisons en brique rouge, les petits vieux de la chorale, comme nos petits vieux du club de français. On pensait à Mike et Beryl, Malcolm et Barbara, et ce couple de classe moyenne d’une petite ville anglaise nous plaisait.  Song for Marion m’a fait pleurer comme rarement. Souvent dés la première note des chansons. Et pas uniquement. Il y avait dans la mise en scène de Paul Andrew William une douceur et une sensibilité, une émotion, lorsque Arthur pose sa bouillotte près de lui, pour lui tenir chaud lorsque sa femme se repose à l’hôpital… 

La tendresse entre ces deux « vieux » était touchante, Paul Andrew William qui voulait rendre hommage à ces grands parents a brillamment réussi son film. Sans trop en faire. Juste ce qu’il faut. Tout en douceur. 

Une réflexion sur “Song for Marion – Paul Andrew William

  1. Pingback: Song for Marion – Un film de Paul Andrew William | Un Art Quotidien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s