La machine à écrire – Bruno Tessarech

Tessarech-Bruno-La-Machine-A-Ecrire-Livre-894523250_MLJe suis un nègre. Quelqu’un qu’on paie pour écrire ce que les autres signent. Dans le dictionnaire, le mot figure entre négociation et neige. Après le commerce mais avant la blancheur immaculée. Faisons court : le métier de nègre consiste à donner des idées aux cons et à fournir un style aux impuissants.

Ce roman de Bruno Tessarech est divertissant, facile et rapide à lire sur l’univers étrange des « nègres ». Ces auteurs qui écrivent à la place des autres. Le héros de Bruno Tessarech, Louis, a la hantise de la page blanche, il peine à trouver l’inspiration pour écrire un roman avec ses idées, sous son nom, en revanche, écrire à la place des autres, il excelle.

Il commença en travaillant avec son ami Charles-Hubert qui souhaitait entrer dans la vie politique. Ensemble ils créèrent un journal de candidat avec des « faux » électeurs qui posaient des questions. Louis faisant les questions et les réponses. Avec un grand moment lorsqu’un « faux » lecteur frappe à la porte du bureau pour discuter de sa lettre… Mais Louis s’est vite lassé de cette démarche à sens unique, quand son ami dénigrait son travail et ne s’intéressait plus à lui. Avec un heureux concours de circonstances, il rencontra son premier client pour écrire ses mémoires. Et ainsi de suite.

C’est un récit rafraichissant, plein d’humour et avec des passages très bien écrits. On s’attache très facilement à ce personnage complètement iconoclaste, qui va tout tenter pour sortir de l’anonymat, qui au final ne lui sied guère. Mais les circonstances vont jouer en sa défaveur, lorsqu’il présentera son manuscrit à des éditeurs, nombreux seront ceux qui diront « votre style rappelle celui de Untel, son roman a du beaucoup vous influencer »… Comment leur expliquer que les deux styles se ressemblent car c’est justement lui qui a écrit ce roman en question ! Et la conclusion en apothéose, vingt dernières pages de folie créatrice, où l’auteur a pris beaucoup de plaisir à terminer son roman.

Ce roman de poche est un passeport pour voyager au pays des auteurs, et des maisons d’édition. Un voyage divertissant. Un livre que je vous conseille.

Une réflexion sur “La machine à écrire – Bruno Tessarech

  1. Pingback: La machine à écrire – Bruno Tessarech | Un Art Quotidien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s