Le livre des Baltimore – Joël Dicker

baltimoreJusqu’au jour du Drame, il y avait deux familles Goldman. Les Goldman-de-Baltimore et les Goldman-de-Montclair.
Les Goldman-de-Montclair, dont est issu Marcus Goldman, l’auteur de La Vérité sur l Affaire Harry Quebert, sont une famille de la classe moyenne, habitant une petite maison à Montclair, dans le New Jersey.
Les Goldman-de-Baltimore sont une famille prospère à qui tout sourit, vivant dans une luxueuse maison d une banlieue riche de Baltimore, à qui Marcus vouait une admiration sans borne.
Huit ans après le Drame, c est l histoire de sa famille que Marcus Goldman décide cette fois de raconter, lorsqu en février 2012, il quitte l hiver new-yorkais pour la chaleur tropicale de Boca Raton, en Floride, où il vient s atteler à son prochain roman.
Au gré des souvenirs de sa jeunesse, Marcus revient sur la vie et le destin des Goldman-de-Baltimore et la fascination qu il éprouva jadis pour cette famille de l Amérique huppée, entre les vacances à Miami, la maison de vacances dans les Hamptons et les frasques dans les écoles privées. Mais les années passent et le vernis des Baltimore s effrite à mesure que le Drame se profile. Jusqu’au jour où tout bascule. Et cette question qui hante Marcus depuis : qu’est-il vraiment arrivé aux Goldman-de-Baltimore ?

Marcus Goldman, le jeune écrivain talentueux qui a percé le mystère de l’affaire Harry Québert, s’installe dans une villa au bord d’un lac en Floride. Savourant le succès de son dernier livre, profitant de la vie et du beau temps, il cherche l’inspiration pour son nouveau projet sans trop forcer, au grand dam de son voisin, un retraité qui essaie d’écrire lui aussi un livre.

Marcus retrouvera par hasard au début du roman, à peine installé dans sa nouvelle maison, une amoureuse du passé qui vit non loin de là. Le passé sera le cœur du roman de Joël Dicker. Marcus va raconter son histoire, et celle de sa famille, les Goldman, divisé en deux par l’éloignement géographique et des décisions personnelles, les Goldman-de-Baltimore et les Goldman-de-Montclair.

Dans la famille Baltimore, on retrouve l’oncle Saul, avocat de renom, doué en affaires, Tante Anita médecin dans un grand hôpital de la ville, le fils prodige Holley et Woody jeune garçon orphelin recueilli par la famille. Face à cette famille à qui tout réussi, Marcus, fils unique des Goldman de Montclair, petite banlieue de classe moyenne, sera toujours fasciné, reprochant à ses parents leur manque de classe et leur simplicité.

Ensemble les trois cousins Goldman feront les 400 coups lors de leurs vacances ou weekends à Baltimore ou dans les Hamptons, ils croiseront des personnages charismatiques et attachants, Scott Neville notamment et Alexandra, sa grande sœur. Amis inséparables ils feront un pacte pour ne pas tomber sous les charmes d’Alexandra.

Une grande saga familiale se dessine sous la plume de Joël Dicker. Avec ce Drame en perspective dont on attend avec impatience l’explication, un Drame qui a détruit ce monde parfait… L’auteur avec ce héros Marcus Goldman retrace l’histoire d’une famille et du destin qui n’épargnera personne, avec des choix terribles, des erreurs, des regrets.

Pendant tout le film on est touché par l’admiration immense que Marcus a pour les Baltimore. Sans cesse comparant les différents rythmes de vie entre ses parents et ceux dont il rêve. Ses parents ne pouvant rivaliser avec le luxe et les belles maisons.

Joël Dicker a souhaité, après le très bon Harry Québert, écrire un livre avec le même personnage central, et prend un risque, celui de lasser et de tomber dans la facilité. En utilisant toujours le même style, flashbacks incessants, chapitres alternants différentes périodes depuis les années 90, des descriptions rapides et des longs dialogues. Ce style qui semble parfois un peu trop facile, nous permet de dévorer les pages, d’avancer au plus vite. Les changements fréquents d’époque nous incitent à continuer chapitre après chapitre pour enfin connaitre la fin…

On a parfois l’impression que les deux livres Harry Québert et les Baltimore ne s’emboitent pas tout à fait correctement, cela est sans doute du aux nombreux changements d’époque qui nous embrouillent parfois un peu et on essaie d’y replacer les éléments du livre précédent dont on se souvient… Le jeune étudiant « Le formidable » dans Harry Quebert ne semble pas être le même, pas la même attitude… Bref quelques sentiments étranges mais qui seront sans doute réglés quand je relirai les livres.

Voulant peut-être récupérer les nombreux fans de Harry Quebert, Joël Dicker a trouvé l’idée pour faire vivre de nouvelles aventures à Marcus Goldman, le livre de Baltimore est bon… mais, et il y a un mais, un peu de la magie de Harry Quebert n’est plus là.

Publicités