Money Mon$ter – Jodie Foster

103982.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxxLee Gates est une personnalité influente de la télévision et un gourou de la finance à Wall Street. Les choses se gâtent lorsque Kyle, un spectateur ayant perdu tout son argent en suivant les conseils de Gates, décide de le prendre en otage pendant son émission, devant des millions de téléspectateurs…

Rythme endiablé ce thriller de Jodie Foster est bien joué par des très bons acteurs, Georges Clooney en présentateur vedette, peu à l’écoute des autres, mais beaucoup de lui même, et Julia Roberts, en réalisatrice d’une émission qui vire au cauchemar.

Du rythme.

Du rythme.

Et encore du rythme.

Là on est sur qu’on a compris que pendant ce film, lancé à 200 à l’heure, on ne va pas s’ennuyer et le divertissement sera rythmé par des mouvements de caméra, des changements d’angles, des rebondissements, des dialogues à l’oreillette… Jodie Foster, grande actrice, se met dans un rôle de chef d’orchestre et fait vivre aux spectateurs un thriller habile, intéressant, où les bonnes idées sont nombreuses.

Money Monster déroule son scénario, plutôt bon d’ailleurs, du studio de télévision à l’extérieur, à la rencontre du responsable du problème. Quelques scènes superbes au niveau de la mise en scène, mais la pression retombe assez vite vers la fin du film. Beaucoup de transpiration, des cris, des coups de feu, pour au final quel résultat. Les protagonistes de l’histoire vont ils changer leur façon de faire ? Vont ils s’améliorer, changer de regard sur la finance par exemple ? On laisse les deux protagonistes principaux devant la télévision, avec un carton de nourriture asiatique à emporter, avant le générique de fin, aucun des deux n’émet le souhait de changer quelque chose.

Juste un rapprochement amical ou amoureux se fait sentir.

Je m’attendais sans doute à une critique plus véhémente, par la présence de Georges Clooney, acteur très politique qui a envie de faire bouger les choses. Money Monster est un tout de même un bon divertissement que j’ai pu voir pendant la fête du cinéma.