Blackbird – Jason Buxton

blackbirdSean, adolescent tourmenté, est rejeté par les élèves du collège de sa petite ville canadienne. Isolé et mal dans sa peau, il se sert d’Internet comme exutoire et imagine des scénarios de vengeance virtuels.
Alertée, la police fait irruption dans la maison où elle trouve les armes de chasse de son père. Accusé de planifier un crime, Sean va devoir faire face à l’hostilité de la communauté et affronter une machine judiciaire obsédée par le principe de précaution.

Un film puissant et touchant sur nos sociétés modernes, sur le regard que l’on porte aux autres, les vêtements que l’on porte pour se démarquer ou se fondre au contraire dans une société cadenassée.

Jason Buxton, réalisateur Canadien, nous propose son regard sur ce « phénomène » de société, lorsque les armes à feu servent la vengeance. Un film dans la ligne de Elephant de Gus Van Sant, ou Bowling for Columbine… la ville de Columbine est d’ailleurs souvent cité dans ce film.

Le malaise adolescent exprimé par un nouveau visage, Connor Jessup, interprète Sean, un jeune gothique et mal dans sa peau (cela va t-il ensemble ?). Agressé pour son look différent, ses goûts vestimentaires très éloignés des « clans » de cette ville Canadienne. L’adolescent Sean se retrouvera dans une terrible machination.

La caméra de Jason Buxton est sans cesse là pour nous faire frémir, nous inquiéter pour la suite des évènements, de la violence que l’on sent capable d’émerger sans cesse. Sean se retrouvera emprisonné en attendant son procès dans un centre de détention pour mineurs. La, il côtoiera une faune différente. Loin des « gentilles » moqueries du lycée, la violence des comportements sera alors équivalente à la vie de ces adolescents brisés par la prison… Sean essaiera de se maintenir en vie, devenant la « bitch » de service pour éviter les coups, et passer le temps avant le procès.

Ce film est intense, le réalisateur parvient a nous angoisser. A nous faire craindre le pire, pour chaque plans… et ce n’est pas seulement dans la prison que nous sommes inquiets. Un film pourtant qui conserve une part d’optimisme, tout n’est pas  sombre.

C’est un film maitrisé que je vous recommande… il aborde un sujet très délicat, l’adolescence, le mal-être, la violence, sur nos différences et sur le regard que l’on porte sur son voisin.

Une réflexion sur “Blackbird – Jason Buxton

  1. Pingback: Blackbird – Jason Buxton | Un Art Quotidien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s