Perfect people – Peter James

Roman anglais publié en juillet 2012

John et Naomi Klaesson ont vécu le traumatisme de perdre leur fils de 4 ans, d’une rare malformation génétique. Ils aimeraient avoir un nouveau fils, mais ils découvrent rapidement qu’il y aurait de fortes risques pour que leur autre enfant ait la même malformation. C’est alors qu’ils entendent parler d’un généticien, le Docteur Leo Dettero. Ses nouvelles méthodes permettent d’éviter la perte d’un nouvel enfant en éliminant le gène responsable. C’est dans sa clinique que le cauchemar va commencer. Ils auraient du réaliser que quelque chose ne tournait pas rond lorsqu’ils ont vu la liste. Choix des couleur pour les yeux, les cheveux, les capacités sportives… Ils peuvent littéralement façonner leur enfant. Maintenant il est trop tard pour faire marche arrière. Naomi est enceinte, et déjà quelque chose est différent…

Roman écrit par Peter James, brillant auteur britannique qui est le créateur de la série autour du policier Roy Grace (Comme une tombe). J’ai craqué sur cette histoire et sur cette couverture. Ne pas se fier aux apparences… Premier conseil.

Le livre m’a déçu, mais pas immédiatement. J’ai d’abord été scotché par cette clinique, dans ce bateau, où l’on pouvait créer le fils ou la fille parfaite. Lui donner les capacités pour survivre au monde de demain. Cela me faisait également penser au documentaire Le monde sans les humains, vu sur Arte il y a quelques semaines. Quel est l’avenir des humains ? Aurons nous un jour la possibilité de façonner nos enfants, de les rendre « parfait » ? Mais est ce ça la perfection ? Et surtout a-t-on besoin de la perfection ?

Le roman traite de ces thèmes… les parents veulent que leur enfant puisse vivre sans toutes les maladies qui peuvent le tuer, mais ils ne souhaitent pas le façonner complètement et souhaitent laisser la « chance » décider pour certaines caractéristiques… Cela sera sans compter sur la volonté et les « projets » du docteur…

Petit à petit les parents vont se rendre compte de l’intelligence de leurs enfants, ils parleront dans un langage inventé (pour ne pas être compris de leurs parents), joueront aux échecs, et utiliseront des ordinateurs à 2 ans, les parents sont sous le choc. Ils ne reçoivent pas d’affection. Et ne sont, à vrai dire, que des « nourrices » qui leur donnent à manger.

L’auteur va déployer une énergie débordante pour nous faire comprendre leur génie. Au final, tout est trop. Too much…

N’oublions pas qu’il va y avoir également une secte religieuse qui souhaite exterminer tous ces enfants génétiquement modifiés… John et Naomi seront dépassés par les évènements. Et le lecteur sera épuisé par toute cette « science-fiction » qu’il n’attendait pas.

J’ai été agacé, je n’en pouvais plus de toutes ces « fantaisies », de ce monde merveilleux… Psfff les histoires policières… simples… me manquent. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s