Déesses indiennes en colère – Pan Nalin

deessesElles sont actives, indépendantes et libres. Des femmes indiennes d’aujourd’hui. Réunies à Goa pour huit jours, elles se racontent leurs histoires d’amour, leurs doutes, leurs désirs.

Grand film indien, grand film politique et féministe, on s’est régalés devant les Déesses indiennes en colère. Alors qu’un mariage se profile à l’horizon, des filles de caractère très différents vont se retrouver et pour certaines se rencontrer, vivre ensemble quelques jours, partager des fous rires, danser, chanter.

Beaucoup d’émotion dans ce film qui fait la part belle aux femmes. Gros plans sur leurs visages, leurs bijoux, leur belle peau mate, les indiennes en colère du film essayent de s’affranchir des règles de leur pays pour vivre.

Film politique car le message est puissant, les objectifs affichés : la liberté, l’égalité entre les sexes, la fin de règles vieilles comme le monde qui perdurent pourtant. Les hommes continuant à exercer leurs « pouvoirs », empêchant l’une de travailler à l’extérieur de la maison, d’autres critiquant leur mode vestimentaire, des pères ne voulant plus voir leurs filles… L’homme est comme la femme au centre de ce film.

Des portraits de femmes touchants et sincères qui malgré les nombreuses différences entre elles nous touchent tous. Ce film parfois trop bavard peine un peu à démarrer mais une fois passé l’introduction et la présentation des femmes, nous sommes vite happés par leur énergie, sans imaginer un seul instant la conclusion. La bande originale du film a été pour moi magnifique. Des scènes m’ont bouleversées avec quelques plans simple et des dialogues qui en disent long.  Il faut découvrir ce film sans trop se renseigner dessus pour laisser surgir l’émotion et les nombreux rebondissements.

Je vois rarement des films indiens, souvent j’ai l’impression que cela va paraitre ancien, décalé pour nos yeux d’européens. Au contraire, Femmes indiennes en colère est extrêmement moderne, d’ailleurs les spectateurs indiens ont du faire face à la censure, les femmes n’ayant pas le droit de dire des gros mots, ces derniers ont été bipés pendant le film. On doit perdre une bonne partie des dialogues !

Je vous le conseille vivement. Sortez des sentiers battus.

Publicités