The Place Beyond the Pines – Derek Cianfrance

theplaceCascadeur à moto, Luke est réputé pour son spectaculaire numéro du «globe de la mort». Quand son spectacle itinérant revient à Schenectady, dans l’État de New York, il découvre que Romina, avec qui il avait eu une aventure, vient de donner naissance à son fils… Pour subvenir aux besoins de ceux qui sont désormais sa famille, Luke quitte le spectacle et commet une série de braquages. Chaque fois, ses talents de pilote hors pair lui permettent de s’échapper. Mais Luke va bientôt croiser la route d’un policier ambitieux, Avery Cross, décidé à s’élever rapidement dans sa hiérarchie gangrenée par la corruption. Quinze ans plus tard, le fils de Luke et celui d’Avery se retrouvent face à face, hantés par un passé mystérieux dont ils sont loin de tout savoir…

Un film vu par « accident », un raté de programme, un autre film désiré absent de l’affiche (et tres différent)… Notre choix se porte sur ce film, ne connaissant pas du tout le réalisateur, avec un scénario qui nous donnait envie, cette histoires de pères, d’hommes, de fils. De Famille.

Derek Cianfrance est un jeune réalisateur américain que je découvre pour la première fois. Un réalisateur qui me donnait l’impression, par rapport au résumé du film, d’être dans le même genre que le réalisateur de Drive, Nicolas Winding Refn, mais je faisais fausse route. Le personnage incarné par Ryan Gosling pouvait être du même acabit mais l’histoire et l’émotion ont pris une tournure bien différente.

C’est l’émotion surgissant du film qui m’a le plus surpris. Je ne m’y attendais pas. L’émotion a surgi lorsqu’un homme, père de famille, parle de son fils, ou le regarde, ou essaie de trouver une solution pour lui apporter le bonheur. Un film qui tisse son intrigue, petit a petit, générations après générations, sur une quinzaine d’années. Après les pères : les fils. Et comment ont ils tournés ?

En trois parties le film prend aux tripes, pour finir, dans ce bois, avec un gout de vengeance.

Les acteurs sont ultra convaincants, touchants, brillants, avec une mention spéciale pour Avery Cross (Bradley Cooper que je ne connaissais pas vraiment avant (hormis dans Very Bad Trip…)) et Jason, le fils de Luke (Ryan Gosling).

Comme on peut le lire dans les critiques, on pense aux films de James Gray, une Amérique sombre, tantôt violente, tantôt romantique, un mélange des genres habile. Loin du film de gangster que l’on pouvait supposer, nous plongeons dans le drame familial, et ce hasard qui fait que les deux fils se rencontrent…

The Place beyond the Pines est un film d’auteur, indépendant, ne reniant pas le grand public aimant le blockbuster, les poursuites a moto délirantes, la salle du cinéma était pleine, on sort de la salle, émus, touchés, avec une sensation agréable dans notre tête… Tout n’est pas joué dés le début. Il y a des voies de sortie. Encore faut-il avoir le courage de les saisir.

Ce réalisateur est, comme fut Nicolas Winding Refn (dans un autre genre), a surveiller. Que fera t-il prochainement ? Nous attendons impatiemment. Il a une vraie personnalité et donne une belle partition pour ses acteurs.

Publicités

Une réflexion sur “The Place Beyond the Pines – Derek Cianfrance

  1. Pingback: The Place Behond The Pines – Derek Cianfrance | Un Art Quotidien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s