La jouissance : un roman européen – Florian Zeller

la jouissanceL’histoire commence là où toutes les histoires devraient finir : dans un lit. Nicolas vit depuis deux ans avec Pauline, ce n’est donc pas la première fois qu’ils se retrouvent l’un en face de l’autre et qu’elle lui fait un sourire équivoque en lui prenant la main. Ce sont des gestes qu’ils connaissent par cœur, des gestes qui peuplent le territoire des choses familières et rassurantes.
Ce jour-là, pourtant, quelque chose d’inédit se produit. Il est allongé sur le dos et Pauline, qui vient de retirer son soutien-gorge, ferme légèrement les yeux, comme elle a l’habitude de le faire quand le plaisir commence sa douce anesthésie du monde. Soudain, la couette se soulève, et une troisième tête apparaît.

Le nouveau roman de Florian Zeller qui a déjà écrit Julien Parme en 2006 et de nombreuses pièces de théâtre depuis est un « roman européen », sur un couple, leur relation l’un à l’autre, face à leurs désirs et leurs jouissances.

Le titre est un brin racoleur, on ne parle pas de jouissance à toutes les pages. Sorti en septembre, lors de la rentrée littéraire, il faut bien ça pour sortir du lot. 150 pages, livre très court et lu très vite, une histoire un peu trop rapide, sans beaucoup d’intérêt littéraire, on retrouve un peu Amélie Nothomb, dans ses histoires courtes sur les couples. 

Florian Zeller a voulu sans doute donner de la hauteur à sa jouissance en parlant de l’Europe, un chapitre de temps en temps, où il évoque la renaissance après guerre, la réconciliation du couple franco-allemand, le choix de l’hymne européen, choix cornélien car personne ne se mettait d’accord sur les paroles et la langue, mais aussi sur le début de la crise… Plaisant détour mais rien de capital !

Un roman qui parle avant tout et surtout du couple, d’un homme qui vit avec une femme, de Nicolas et Pauline, des désirs de Nicolas pour une amie de Pauline. Ses envies de liberté. Son amour aussi au quotidien mais également  leurs disputes, leurs crises, leurs cris et leurs joies.

Un roman sur un couple, sur la jouissance de l’homme, sur son désir, mais pas trop de celui de la femme qui est un peu oubliée.

C’est un narrateur, l’auteur sans doute, qui raconte ce qu’il voit chez ce couple, comme s’il vivait chez eux, comme s’il partageait leurs envies, leurs désirs, leurs rêves. Un auteur, Florian Zeller, qui va parler du deuil, de remariage des parents, de la naissance d’un enfant et du chamboulement causé sur un couple. Beaucoup de sujets, mais traités sans doute trop rapidement, le livre est court. Les chapitres aussi.

On sort du livre comme si l’on était passé au travers d’un nuage de brume, on l’oublie très vite. On n’a pas été transformé par les mots de l’auteur. Beaucoup de facilité et pas assez de prise de risques. Sans doute ce n’est pas ce qu’on attend d’un roman phare de la rentrée littéraire. Heureusement que 11 mois sur 12 sortent des livres qui osent, des livres qui traitent de sujets et qui ne les survolent pas seulement.

Publicités

Une réflexion sur “La jouissance : un roman européen – Florian Zeller

  1. Pingback: La jouissance : un roman européen – Florian Zeller « Un Art Quotidien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s