Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles – Loretta Nyhan et Suzanne Hayes

91-oi6yt9ilÉtats-Unis, années 1940. Glory, enceinte et déjà mère d’un petit garçon, souffre de l’absence de son mari, parti au front, de l’autre côté de l’Atlantique. À des centaines de kilomètres d’elle, Rita, femme et mère de soldat également, n’a pour compagnie que la fiancée de son fils.
Une lettre, envoyée comme une bouteille à la mer, va les réunir. Entre inconnues, on peut tout se dire. Les angoisses, l’attente des êtres aimés, mais aussi les histoires de voisinage, les secrets plus intimes et les recettes de cuisine. Les petites joies qui font que, dans les temps les plus difficiles, le bonheur trouve son chemin.

Roman créé par deux femmes, à quatre mains et à distance. Les deux auteures ont souhaitées créer une histoire se situant pendant la seconde guerre mondiale. Deux femmes Rita et Glory vivant très éloignées l’une de l’autre échangent des lettres alors que leurs maris sont au front.

Cette banale correspondance entre deux femmes très différentes prend petit à petit de l’importance pour leurs vies. S’échangeant des recettes de cuisine, des conseils de jardinage, Rita et Glory parlent aussi beaucoup de leurs histoires d’amour et de leurs maris risquant leur vie de l’autre coté de l’Atlantique.

Rita est mariée à Sal, combattant en Italie, leur fils Toby est lui aussi engagé, et sert son pays dans le Pacifique. Avoir les deux hommes de sa vie en danger la bouleverse et elle rencontrera progressivement la petite amie de Toby, Roylene, très timide qui s’ouvrira au fil du livre.

De l’autre coté, au bord de l’Atlantique, à Rockport, Glory, une jeune maman de deux enfants, mariée à Robert, âgée d’une vingtaine d’années qui espère le retour en bonne santé de son mari. Aidée pour les tâches de la maison, par un ami d’enfance Levi qui n’a pas pu s’engager pour des raisons physiques, elle tentera de résister à la tentation.

Une histoire racontée grâce aux lettres qu’elles s’envoient (certaines même sont écrites mais jamais envoyées), un rythme lent et parfois ennuyeux. Le style littéraire est très simple, quelques péripéties amusantes, des recettes intrigantes (sans doute beaucoup de plats étouffe-chrétien) et quelques drames.

Je n’ai pas pris énormément de plaisir à lire ce livre, il m’a semblé interminable. Au final j’ai tenu bon en espérant un petit dénouement surprenant, mais rien n’est venu. L’idée était bonne, ce roman écrit par deux femmes qui ne se connaissent pas, créant cette correspondance pendant la guerre, mais il manquait du rythme pour me convaincre.

Publicités